Pierre Genouvrier

Sculpteur-plasticien de 28 ans je suis né en banlieue parisienne entre immeubles et champs.

J’ai longtemps hésité pendant l’adolescence entre passions artistiques : le dessin et le cinéma ; et passions scientifiques : la géologie et l’évolution du vivant ; je me suis orienté dans un premier temps vers le milieu du dessin animé et du cinéma, fasciné par l’œuvre collective qu’est un film.
C’est lors d’un exercice pour mieux appréhender les volumes en animation que j’ai découvert la sculpture, et elle ne m’a plus quitté.
Aujourd’hui c’est aux Lilas en proche banlieue parisienne que je crée dans mon atelier, m’en échappant régulièrement pour aller à la rencontre de la faune vivante qui est devenue au fil du temps mon sujet de recherche.
Mes sculptures abordent la faune en mouvement, s’inspirant du bestiaire préhistorique dans l’art pariétal, mais aussi le Futurisme et les expérimentations photographiques de la Chronophotographie.
Mon travail s’appuie également sur la paléontologie et le travail des biologistes de l’évolution. Parcourir les collections des muséums d’histoire naturelle et travailler sur l’anatomie comparée est central dans ma pratique.

Il s’agit pour moi d’essayer d’appréhender une espèce, une branche du vivant, en ne représentant pas un individu mais une multiplicité d’êtres mouvants.

Si le cinéma d’animation n’est plus mon quotidien il continu à influencer mon travail. Le mouvement, en animation est découpé en poses clés et en intervalles.

Chaque pose clé est une note, et les intervalles lient ces notes entre elles. Il s’en dégage un rythme, un élan suivi d’effondrement, des pulsations des renflements suivi par des contractions.